14 juin 2019

Limite ...



Ciao a tutti,
Voilà, c’est fait ! La science a démontré les limites physiologiques de l’endurance humaine …

L’équipe scientifique dirigée par Herman Pontzer ( Duke University ) a publié les conclusions de leur étude dans la revue Science Advances. Elle fixe une limite physiologique absolue à l’endurance humaine, en montrant cependant une qualité unique des humains parmi les primates : leur endurance extraordinaire ! Cette dernière étant probablement un héritage des chasseurs cueilleurs depuis deux millions d’années - aucun singe ne peut rivaliser avec un être humain sur une longue durée -.
La limite de l’endurance est mesurée en fonction du métabolisme de base, qui est l’énergie minimum en calories dépensée par le corps pour faire fonctionner l’organisme. Cette limite est d’environ 2,5 fois ce métabolisme de base.
Lors de performances sportives « courtes » allant de quelques heures à quelques semaines ( triathlon, marathon, grands tours cyclistes ) les sportifs pourront augmenter leur métabolisme à cinq ou dix fois leur métabolisme de base. Mais, avec le temps, la performance va forcément redescendre vers une limite de trois environ. Il est impossible pour des humains de garder un régime supérieur au delà de quelques semaines.

Pour parvenir à ce constat, ils ont suivi, entre autre, cinq coureurs et une coureuse de l’extrême sur la « Race Across America » de janvier à juin 2015 : 4957 kilomètres entre Los Angeles et Washington, soit l’équivalent d’un marathon par jour, six jours par semaine pendant vingt semaines ! Ces sportifs incroyables finissent par dépenser plus de calories qu’ils n’arrivent à en remettre dans leur corps, perdant ainsi du poids. Ces fous de l’exercice physique consommaient dans la première semaine huit litres d’eau et 6000 calories par jour ! Ils n’ont pas cessé de perdre du poids jusqu’à la fin de la course. Le scientifique affirme qu’on ne peut pas absorber plus de 4000 calories par jour, on peut en consommer plus que cela mais alors on perd du poids tous les jours. Cela ne peut donc pas durer indéfiniment., quelques jours, voire quelques semaines, mais certainement pas à l’infini. Selon lui, la limite est liée aux fonctions digestives des humains et non aux muscles ou au système cardio-vasculaire, car c’est in fine le plus petit dénominateur commun de toutes les activités sportives étudiées ( cyclisme, course à pied, triathlon ) qui font appel à des muscles différents ( du moins dans leur utilisation ) mais qui font appel au même système digestif.

L’équipe souligne cependant que si les humains sont les meilleurs primates, d’autres animaux sont cependant candidats à des endurances supérieures, comme par exemple les oiseaux migrateurs. Mais les études manquent sur le sujet …

Herman Pontzer conclut en relevant une différence majeure entre humains et animaux : « les animaux sont trop intelligents pour faire des choses aussi folles que ce que font les humains ! »

J’ajouterai que la sagesse est, elle, sans limite …
Image du jour :


Rendez-vous à « l'Ambassade » à 08H15 pour le ristretto senza limiti et départ à 08H30 dans la joie et la bonne humeur sur des routes malheureusement incertaines.

A presto sulla bici.

Gianpietro. 

Aucun commentaire: