1 mars 2018

Copenhague ou le vélo au septième ciel ...

Ciao a tutti,




Comme tous les deux ans, la ville de Copenhague nous livre son rapport sur l'évolution de la pratique du vélo en son sein. Le bilan 2016 se montre très riche en informations intéressantes. Il faut bien avouer que ce dernier est attendu, car il faut justifier les 22 millions d'Euros d'investissement annuel pour qu'en 2025 la part des déplacements motorisés recule de 9% et fasse de Copenhague une capitale où il fait bon vivre.

Copenhague est la ville la plus accueillante pour les cyclistes et les piétons, et de loin. Détail éloquent : aux heures de pointe, les feux tricolores des principaux axes sont réglés sur la vitesse des cyclistes et non des autos ( vingt kilomètres à l'heure ). Deux habitants sur trois ne possèdent pas de voiture … Il circule plus de vélos ( 265 700 ) que de voitures ( 252 600 ) en centre-ville … Et ce, qu'il vente, pleuve ou neige ...

Commençons par les bonnes nouvelles : la pratique du vélo a encore augmenté en 2016 avec un relevé quotidien d'environ 1,4 million de kilomètres parcourus à vélo. Ainsi, en part de marché, le vélo conforte sa position de numéro un pour les trajets vers l'école, le travail, et les trajets en centre-ville.
Cependant, à l'échelle de tous les déplacements qui trouvent leur origine ou leur destination dans la capitale, la voiture reste leader. D'autre part, le nombre de voitures privées continue à croître sur le territoire de la capitale ( + 18% en 8 ans ), de même que les déplacements motorisés en périphérie ( au détriment du vélo ).

La question de la sécurité à vélo est bien sûr au centre des préoccupations. En 2016, on a enregistré 5 morts et 150 accidents cyclistes. Même si le risque par kilomètre parcouru a diminué de 23% en dix ans, la tendance est cependant moins marquée que pour les autres modes de transport. Il faut noter que 76% des cyclistes danois se sentent en sécurité dans la capitale ( contre 53% en 2006 ). L'amélioration est donc réelle tant d'un point de vue objectif que subjectif.

Les cyclistes Copenhaguois sont contents à 97% de la politique cyclable ( on le serait à moins ! ), à 87% des pistes cyclables, à 71% de leur entretien, à 62% de leur largeur, mais seulement à 37% du stationnement vélo … Ce très bon bilan met en avant les secteurs à améliorer, notamment le stationnement. Plus de 7000 vélos stationnent chaque jour en dehors d'un parking dédié en centre-ville. La gare de Norreport ne comporte qu'un emplacement vélo pour 50 voyageurs ( alors qu'à Utrecht, aux Pays-Bas, c'est un emplacement pour 9 voyageurs. ). Des remarques d'enfants gâtés …

La création du « Cycle Serpent » en 2014 ( pont qui traverse le port ) a permis à quelque 20 000 cyclistes de passer chaque jour. Une étude d'impact économique récente de cette passerelle a montré, par jour, un gain de 380 heures pour les cyclistes et une diminution de 1400 km en voiture. Au total, un gain de 6 millions d'Euros sur 20 ans, soit un rendement annuel de 9% sur l'investissement initial.

Copenhague dispose même d'autoroutes à vélo ! A ce jour, ce sont huit « Cycle Superhighways » qui sont en service et cinq en cours de réalisation afin de relier la ville à sa périphérie. Elles sont en effet indispensables pour rendre crédible le vélo comme alternative de mobilité sur les moyennes distances. Notons que sur la dernière voie express « Farum », un quart des utilisateurs sont d'anciens automobilistes.

La capitale du Danemark se donne donc bien les moyens de réaliser le challenge quotidien qui est d'en faire un paradis du vélo. D'ailleurs, les avantages chiffrés ( 13 cents économisés en soin de santé pour chaque kilomètre effectué à vélo ) et non chiffrés ( qualité de vie ), continuent à motiver les autorités de la ville à y investir.

Nous savons donc désormais où aller prendre des leçons !


Image du jour spéciale Italie :




Météo annoncée :


Rendez-vous à « l'Ambassade » à 08H45 pour le stretto italiano et départ à 09H00 dans la joie et la bonne humeur sur des routes incertaines.

A presto sulla bicicletta o sugli sci.

Gianpietro.


Aucun commentaire: