5 oct. 2017

Le vélo en littérature ...

Ciao a tutti,

Le vélo dans la littérature méritait bien cela : une anthologie !
Et dire que c'est un anglais qui l'a réalisée ! Edward Nye, professeur de littérature française à la célèbre université d'Oxford en est donc l'auteur ; anglais certes mais avec comme excuses valables le fait d'aimer le vélo et celui d'aimer la France et sa littérature.


Ce pavé nous fait traverser presque deux siècles de littérature sur le vélo, du début du XIXème siècle à nos jours. Nouvelles, poésies, extraits de romans, extraits de pièces de théâtre, essais de différents pays, les textes sont regroupés par thèmes ( l'homme et la machine, la rêverie, l'envol, la roue, la performance, les belles formes, la fin du vélo, en roue libre ). Ces différents thèmes mettent en avant l'imagerie que le vélo rappelle et renouvelle, comme les symboles de la roue et du cercle, de l'envol et de la vitesse. Le vélo littéraire n'est pas seulement un moyen de déplacement dans le temps et dans l'espace, il est aussi un véhicule de passion, de rêverie, d'humour, de réflexion, de satire, de nostalgie, ou encore de fantastique. Mais surtout, avant tout, et par dessus tout, il est un objet de PLAISIR !


Plus de cinquante écrivains de différentes nationalités rassemblés pour chanter les joies, les douleurs, les peines, les triomphes, les beautés de la vélocipédie. La redécouverte d'un moyen de locomotion, d'un sport, d'un art ! Les champions du genre sont bien sûr présents : Antoine Blondin, Louis Nucéra, Paul Fournel … Mais quel plaisir de suivre les échappées de Samuel Becket, Emile Zola, Jules Romains, les sprints de Roland Barthes, Ernest Hemingway, les attaques de Maurice Leblanc, Julien Gracq, Alphonse Allais, Luigi Bartolini, Alfred Jarry, Julio Cortazar ( spécialement pour Pedro ! ), Marcel Aymé … H. G. Wells et ses « roues de la chance » … Que dire de Frédéric Dard qui met en scène son célèbrissime Bérurier à l'avant-garde du dopage avec son « astuce à tricoter les vainqueurs » … Sans oublier Pablo Neruda et son Ode à la bicyclette dont nous ferons notre poème du jour, spécialement pour Pedro ( fayot ! ) … La littérature n'a pas attendu longtemps pour parler du vélo, puisque le vaudeville « Les Vélocipèdes » du fameux écrivain Eugène Scribe, date de 1818, soit à peine un an après que le baron Von Drais eut inventé sa draisienne, ancêtre du vélo moderne ; et depuis elle n'a cessé d'en parler sous la plume des écrivains sus-cités … Plus de cinquante auteurs donc et une quinzaine d'inédits en français dont un poème loufoque du gallois Töpher Mills qui se termine par ce cri du coeur dont nous pourrions faire notre devise : « Meeeerrrrrdddddeeeee ! Que j'aime le vélo ! »

A bicyclette. Anthologie par Edward Nye. Les Belles lettres, 417 pages. 23,50 euros.

Poème du jour : Ode à la bicyclette

J'allais sur le chemin crépitant :
Le soleil s'égrenait comme maïs ardent
Et la terre chaleureuse était un cercle infini
Avec un ciel là-haut, azur, inhabité.

Passèrent près de moi les bicyclettes,
Les uniques insectes
De cette minute sèche de l'été,
Discrètes, véloces, transparentes :
Elles m'ont semblé simples mouvements de l'air.

Ouvriers et filles allaient aux usines,
Livrant leurs yeux à l'été,
Leur tête au ciel, assis
Sur les élytres des vertigineuses
Bicyclettes qui sifflaient passant
Ponts, rosiers, ronces
Et midi.

J'ai pensé au soir, quand les jeunes se lavent
Chantent, mangent, lèvent un verre de vin
En l'honneur de l'amour et de la vie,
Et qu'à la porte attend la bicyclette,
Immobile parce que son âme
N'était que de mouvement,
Et, tombée là, elle n'est pas
Insecte transparent qui parcourt l'été,
Mais squelette froid
Qui seulement retrouve un corps errant
Avec l'urgence et la lumière,
C'est à dire avec la résurrection de chaque jour.

Pablo NERUDA ( Traduction de Pierre Clavilier )

Image du jour : Patrick a roulé avec Philippe … ( Pardon Patrick ! Et Philippe ! )


Météo prévue :


Rendez-vous à « l'Ambassade » à 08H15 pour le stretto con libro et départ à 08H30 dans la joie et la bonne humeur sur des routes ensoleillées.

A presto sulla nuova bicicletta.

Gianpietro.



Aucun commentaire: