8 juin 2017

Faire pipi ... A vélo ...

Ciao a tutti,



Après les précédents billets plutôt scatologiques, en voici un plutôt uro ( logique ! ) …
Une petite histoire de la pause pipi dans le vélo de compétition, car il est vrai qu'à notre niveau, cela ne représente pas un problème. Mais pour les pros, il en va tout autrement.
Comment faire pour satisfaire ce besoin bien naturel dans les conditions de la course ? 

Tout d'abord, il faut savoir que le règlement de l'UCI dans son article 12.1.040.29 est formel : tout coureur repéré par les commissaires en train d'uriner devant des spectateurs écope d'une amende de 100 francs suisses ( environ 80 Euros ). Il parait que c'est de loin l'amende la plus répandue dans le peloton, confirmation à voir avec notre ami Laurent, grand commissaire international, par la taille et le talent.

La prévention est à l'honneur sur les courses, le pipi s'impose à tous dix à quinze minutes avant le départ !
Ensuite, l'arrêt pipi, seul ou en groupe, sur le bord de la route , à l'abri des regards, est de règle lors des moments tranquilles, ou alors lorsqu'une échappée est partie et que le peloton a décidé de laisser faire.
Si le coureur ( ou les coureurs ) décide(nt) de ne pas s'arrêter, deux options se présentent : la première est de se tenir par les épaules, généralement à trois, celui qui ne pédale pas urine ! En solo, il y a une technique que tous ne maitrisent pas forcément, debout sur les pédales, cuissard baissé comme on peut et c'est parti ! La technique se pratique aussi en position assise sur la selle. Entraînement souhaité dans les deux cas et poussette d'un coéquipier appréciée si grosse envie dans le mode solo.
Parfois encore, le bidon peut servir aussi …
Si les moyens ci dessus cités ne peuvent être mis en oeuvre, il ne reste plus qu'à uriner dans le cuissard en roulant. Il paraît que beaucoup le font, à fortiori quand il pleut ou qu'il fait froid.
Bien sûr, certains préfèrent tout simplement se retenir jusqu'à l'arrivée. Le plaisir en est paraît-il décuplé ! 
Il faut aussi penser au contrôle anti-dopage … Ne pas tout donner avant !
Voilà donc un rapide tour d'horizon du pipi à vélo. Un grand merci à Romain Feillu, Jonathan Hivert, Pascal Chanteur, Nicolas Vogondy, et Laurent Jalabert pour leur expertise en la matière.


La grande histoire du cyclisme regorge d'anecdotes autour de la pause pipi. Le code d'honneur et de bonne conduite - non écrit - du peloton stipule qu'on attaque pas pendant une pause pipi, mais …
Le Giro 1957 ( quelle année ! ) est entré dans la légende à cause d'une pause pipi. Le leader du classement général, le luxembourgeois Charly Gaul s'arrête sur le bas-côté lors de la montée du Monte Bondone. Aussitôt, Raphaël Géminiani tape sur les fesses de son leader Louison Bobet, l'enjoignant de passer à l'attaque. Gaul ne reviendra jamais, perd le Giro et gagne le sobriquet de « Chéri-Pipi », inventé par les français. Le soir, il lâche à Bobet : « Je suis un ancien boucher, tu l'as peut-être oublié. Je vais vous ouvrir le ventre ! ». Il se venge en se mettant au service de l'italien Nocentini. Bobet termine deuxième du classement général à 19 malheureuses secondes. Nocentini ayant bénéficié de quelques mains amicales de la part de tifosi, cela fera dire à un journaliste français : « Le Giro s'est joué sur une poussette et sur une pissette ».

Vincent Barteau, maillot jaune surprise sur le Tour de France 1984 « C'était mon premier Tour, j'étais dans le peloton avec Greg ( Lemond ), on s'est arrêtés tous les deux pour un besoin naturel. Ça a attaqué au même moment? Ça ne m'a pas plu, je suis remonté en tête du peloton, j'ai rattrapé le mec qui avait attaqué quand on pissait. J'ai fini avec dix-sept minutes d'avance et j'ai pris le maillot jaune. En fait, ce jour-là, si je ne m'arrête pas pisser, je reste en centième position, je ne prends jamais le maillot ! ». Il le gardera douze jours …
Une petite dernière pour la route : Sur le Tour 1978, Dante Coccolo brise le tabou en attaquant pendant une pause pipi massive sur l'étape Bordeaux-Biarritz, se faisant ainsi beaucoup d'ennemis. Sur une autre étape, quand arrive le tour de Coccolo de stopper pour un besoin pressant, deux coureurs qui s'étaient laissés décrocher du peloton empoignent son vélo, l'emportent un kilomètre plus loin et le jettent le plus loin possible dans un champ. Coccolo termine avant dernier du Tour et il ne reviendra plus jamais sur la Grande Boucle.

Image du jour :


Météo prévue :


Rendez-vous à « l'Ambassade » à 08H15 pour la pause pipi et le stretto, départ à 08H30 dans la joie et la bonne humeur sur des routes ensoleillées.

A presto sulla bicicletta.

Gianpietro.

PS : RDV chez le dentiste à 08H00, allora pochi minuti per la brioche e il caffè … SVP ! Grazie.


 

Aucun commentaire: