3 nov. 2016

Vélo et performance ...

Ciao a tutti,



L'exposition « Jan Fabre, Stigmata  - Actions et Performances 1976-2016 » au MacLyon s'accompagne d'une nouvelle performance de l'artiste, créée spécialement pour Lyon et réalisée il y a un mois au vélodrome du Parc de la Tête d'Or.
Intitulé de la performance de Jan Fabre : « Une tentative de ne pas battre le record du monde de l'heure établi par Eddy Merckx à Mexico en 1972 ( ou comment rester un nain au pays des géants ) ». 
L'artiste, sous cette forme pour le moins originale, rend hommage à son compatriote surnommé, comme chacun sait, « le Cannibale » en raison de son insatiable faim de victoires.
Jan Fabre se laisse rattraper et avaler par la beauté de l'échec ...


Mais le défi le plus marquant de cet artiste de génie certes mais sportif non accompli est d'être parvenu à convaincre Raymond Poulidor, Eddy Merckx lui-même, le journaliste sportif flamand et iconique Ruben Van Gucht ainsi que Daniel Mangeas de participer à sa performance !
Et dire qu'il fallait s'inscrire pour faire partie des 2000 privilégiés qui ont pu assister à sa « tentative d'échec » !
A 18h00, sous les cris déchaînés des spectateurs en délire qui agitent leurs drapeaux de la France, de Lyon, de la Belgique, et des Flandres, Jan Fabre arrive sur la piste du vélodrome, en costume-cravate, sur son vélo à pignon fixe prêté par Eddy Merckx. Le speaker officiel, Daniel Mangeas him-self, annonce le défi au micro en ces termes : « Jan Fabre, l'homme des défis les plus improbables, a pour objectif de ne pas battre le record du monde de l'heure établi par Eddy Merckx à Mexico en 1972. Pour ne pas le fâcher … Il aura donc jusqu'à 19h00 pour tenir sa promesse d'échec et nous sommes priés d'encourager Fabre - lui qui n'a débuté l'entraînement que trois semaines auparavant. ».
Les tours s'enchaînent sous les commentaires au micro, admiratifs ou amusés, de Raymond et d'Eddy. Comme eux, le public pressent aussi à quel point c'est dérisoire et beau de réussir à bien échouer ! Admettre qu'en réponse à l'injonction perpétuelle au dépassement et à la réussite, on peut comme Jan Fabre, choisir de s'allumer une cigarette à la 52ème minute de course comme pour dire : « sans moi ... »
Poupou est sous le charme de sa façon de se ravitailler … En effet, depuis la dixième minute, Jan Fabre, en nage dans son costard, attrape un steak cru à chaque tour de piste pour reprendre des forces - clin d'oeil potache au surnom d'Eddy …
L'exposition du corps de Jan Fabre aux vertiges de l'effort est bien l'incarnation poétique et artistique de sa quête des limites qui a toujours nourrit son oeuvre depuis son origine … Comme c'est bien dit …



La performance a été filmée en direct avec projection sur écrans géants des images recueillies par de multiples caméras. Dérushée et montée, l'oeuvre fait maintenant partie de son expo au MacLyon, et ce jusqu'au 15 janvier 2017.
Si le coeur et la curiosité vous en disent …


Image de la semaine et de saison :


Météo annoncée :


Rendez-vous à « l'Ambassade » à 08H45 pour le stretto performant et départ à 09H00 dans la joie et la bonne humeur sur des routes incertaines.

A presto sulla bicicletta.

Gianpietro.

Aucun commentaire: