17 sept. 2015

Des ballons dans les roues ...

Ciao a tutti,

En raison d’un EuroBasket qui aurait pu être enthousiasmant sans des espagnols qui ont refait la guerre d’Espagne, je me dois de faire dans la sobriété !

Image du jour : 

Aphorisme du jour : « Vélo : n.m. , Abrèv. de vélocipède, du latin vélos, rapide, et pes, pedis, pied. Véhicule à deux roues dont la roue arrière est actionnée par un système de pédales agissant sur une chaîne. Une erreur courante consiste à penser que le vélo est le mari de la bicyclette. C’est faux. C’est son amant. A l’origine, le vélocipède était formé de deux roues de diamètres différents : la grande roue à l’avant, la petite à l’arrière, parce que si Jean-Sébastien vélocipède, l’inventeur, avait fait le contraire, il se serait cassé la gueule à peine hissé sur sa selle. Dix ans après l’invention du vélo, le jeune Paul-Emile Bicyclette commet deux erreurs invraisemblables à la chaîne : il assemble deux grandes roues sur la même machine, et deux petites sur une autre, créant ainsi, tout à fait par hasard, ces deux grands chefs-d’oeuvre du génie humain : le grand vélo et le petit vélo. D’où l’expression désormais courante : avoir un petit vélo, qui désigne le plus souvent les gens qui se mélangent les pédales. Tombé en désuétude en tant que moyen de locomotion depuis l’avénement du Concorde qui permet de rallier New-York à Paris sans s’encombrer de boyaux de rechange ou de bidons disgracieux, le vélo est encore utilisé de nos jours à des joutes sportives très connues dans nos régions sous le nom de courses de vélo. Encore peu encline aux joies du golf et toujours fermée aux émois de l’aquaplane, la masse est très friande de ces courses de vélo, dont la plus célèbre est le Tour de France. Créé en 1904 par Vasille Vasiliu Vasidon Vasimimile, le Tour de France rassemble chaque été, sur le bord des routes, des centaines de milliers de prolétaires cuits à point qui s’esbaudissent et s’époumonent au passage de maints furonculés tricotant des gambettes. Dans les côtes, ces jeunes effrénés pédalent la tête plus bas que le cul, ce qui leur permet de se gnougnouter l’uropygienne sans risquer de torticolis. Voilà pourquoi les coureurs cyclistes ont si souvent le cheveu gominé. ». ( Pierre Desproges - Dictionnaire superflu à l’usage de l’élite et des biens nantis. )


Rendez-vous à « l'Ambassade » à 08H15 pour le stretto et départ à 08H30 dans la joie et la bonne humeur sur des routes incertaines.

A presto sulla bici.

Aucun commentaire: