10 avr. 2015

Le vélo à deux vitesses ...

Ciao a tutti,

Les Pays-Bas ont des problèmes de riches … Cela ne risque pas de nous arriver !

En effet, chez les bataves, le débat est lancé : faut-il que tous les cyclistes utilisent obligatoirement les mêmes infrastructures ? Avec les conflits incessants qui surviennent de plus en plus souvent entre les cyclistes « tortues » ( plus lents ) et les « lièvres » ( vélos de route et vélos électriques ), la question est devenue pertinente.
Ainsi, un test de séparation a été mené sur deux axes routiers en 2014 afin d’observer la vitesse et les comportements des utilisateurs.
Si c’est une évidence pour les associations cyclistes, la cohabitation difficile de vélos circulant à des vitesses différentes, sur des pistes cyclables souvent étroites, commence à interpeller les pouvoirs
publics. Ces différences de vitesse sont une source d’inconfort et de danger pour tous. Le test mené aux Pays-Bas consistait à demander, pendant une semaine, aux cyclistes rapides ( plus de 30 km/h ) de circuler sur la chaussée ( panneaux spéciaux pour l’expérience ). Les observations ont montré que les cyclistes très rapides ont bien pris la route, en agglomération, sans faire chuter pour autant de beaucoup la vitesse moyenne sur la piste cyclable ( 18,5 km/h ). Hors agglomération, en revanche, les cyclistes rapides sont restés sur la piste, sans doute par crainte du trafic automobile rapide.
Il est intéressant de constater que le débat sur cette question est ouvert. Certaines infrastructures, destinées aux cyclistes plus lents ou moins aguerris, ne conviennent effectivement pas aux cyclistes plus rapides. Et l’on voit, en Hollande, de plus en plus de cyclistes « hors la loi » sur les routes !
La réflexion devrait être aussi mené en Belgique. A défaut de pouvoir construire une double infrastructure pour les cyclistes lents et rapides, on pourrait résoudre le dilemme  en levant l’obligation légale d’utiliser les pistes cyclables.

Ce n’est pas chez nous que ce genre de débat va voir le jour. Il faudrait pour cela avoir déjà de vraies pistes cyclables et que ces dernières soient utilisées … Cependant ...
Je ne veux pas faire mon fanfaron … Mais, il faut croire que j’avais subodoré le problème à venir … Ainsi, je roule en agglomération et hors agglomération sur la chaussée depuis longtemps ! Les pouvoirs publics ont dû eux aussi flairer le problème en autorisant les piétons sur les voies « partagées » … Car, finalement si c’est pour, à terme, que tous les piétons soient sur les trottoirs et que tous les vélos reviennent sur la route, autant commencer tout de suite ! Non ? Bien joué !

Aphorisme du jour : « Every ride has a purpose ! » - Chaque sortie a un but - ( Mais on a pas toujours le même ! )

Rendez-vous à « l'Ambassade » à 08H15 pour le dernier faux stretto ( ! ) et départ à 08H30 dans la joie et la bonne humeur sur des routes incertaines.

A presto sulla bicicletta.

Gianpietro.

Aucun commentaire: