12 déc. 2014

Vélochons ...


Ciao tutti,

Ça va tomber ! Lundi dernier, à l’occasion d’une réunion à l’Assemblée nationale du Conseil national de la sécurité routière ( CNSR ), la recommandation suivante a été adoptée : réduire le montant des amendes pour les cyclistes. A la première lecture, nous pourrions prendre cela pour une excellente nouvelle. Mais détrompons nous tout de suite, le but avoué avec cette baisse est de pouvoir sanctionner plus souvent les cyclistes !
Pourquoi ce zèle soudain contre les amoureux du vélo ? La vision des cyclistes que le CNSR met en avant est celle qui lui permet de justifier cette mesure. Mais comme nous allons le voir, elle est erronée en majeure partie! Les cyclistes seraient ils plus fous et plus nombreux au point de vouloir les protéger contre leur propre insouciance ? Que nenni !

Le CNSR avance des chiffres tronqués ( 147 cyclistes tués l’an dernier, mortalité à vélo en hausse de 6 % ) pour démontrer une dangerosité du vélo en ville, alors que 85 % des accidents mortels ont lieu en dehors des villes. Et dans ce pourcentage, la majorité des responsabilités est imputable aux automobilistes !

Encore plus énorme, le CNSR admet une augmentation de 400 % du nombre de vélos à Paris, de 450 accidents impliquant un cycliste ( hausse de 9 % ) alors que les dernières enquêtes sérieuses ne montrent qu’un doublement du nombre de vélos. De plus, l’augmentation des accidents est référencée sur seulement 7 mois, alors qu’en se basant sur des statistiques sur dix ans, on constate que le nombre a stagné alors même que la pratique a augmenté de manière importante. Bref, cela confirme une règle immuable du cycle : plus il y a de vélos en circulation, moins le risque d’accidents entre vélos et voitures est grand. En raison du simple fait que les automobilistes prêtent plus attention aux cyclistes.

Pour enfoncer le clou, le CNSR affirme que les accidents sont souvent liés à un manque de prudence au guidon ! Certes, sur 2183 cyclistes interrogés lors d’un sondage pour l’assureur MMA, 88 % reconnaissent avoir déjà commis une infraction une fois dans leur vie … Ce bienfaiteur de l’humanité cycliste aurait il des arrière-pensées ? Ne va-t-il pas nous proposer une assurance spécifique dans quelques temps ? A voir … Ce sondage a d’ailleurs beaucoup déplu au journaliste spécialiste de la mobilité, Olivier Razemon. Ce dernier ne manque pas de rappeler qu’à vélo, brûler un feu rouge ou remonter un sens interdit n’est pas forcément dangereux, au contraire. Car le code de la route est avant tout pensé pour les véhicules à moteur …

Alors faut-il sanctionner plus souvent les vélos ? Ce n’est pas parce qu’ une mesure est mal défendue qu’elle est mauvaise ! Le dispositif visant à verbaliser moins fort, mais plus souvent, les cyclistes a été testé à Strasbourg … Avec succès ! Mais rappelons que la ville alsacienne est de loin classée première des villes où il fait bon pédaler. Cependant, reconnaissons que dans bon nombre d’autres villes et sur d’autres routes, sanctionner plus souvent les cyclistes alors qu’ils peinent à trouver leur place dans le trafic risque de les décourager encore un peu plus …

Regardez cette petite vidéo du quotidien d’un cycliste parisien : https://www.youtube.com/watch?v=gAethD1Io_Y

Ne nous emballons pas, il s’agit de recommandations et seul le gouvernement peut statuer en la matière. Restons tout de même vigilant !

Petit rappel des amendes en vigueur :

Aphorisme du jour : « La mélancolie est incompatible avec le vélo » ( James E. Starrs in « The Noiseless Tenor » ).
       
Rendez-vous à l’Ambassade à 08H15 pour le stretto d'inverno et départ à 08H30 dans la joie et la bonne humeur sur des routes incertaines.

A presto sulla bicicletta.

Gianpietro.

Aucun commentaire: