18 juil. 2014

Vélo : causes et effets ...

Ciao a tutti,

Je ne vous parlerai pas de la joie quasi enfantine que m’a procuré la vue de la caravane du Tour et des coureurs à deux pas de chez moi ! Je ne vous parlerai pas non plus de ma joie post adolescente d’être allé au « Woodstock du cyclisme » à la Planche des Belles Filles ( Merci encore Manu ! ) ! Je ne vous parlerai pas de la joie adulte que me donne ce Tour 2014 ! Qu’est ce que c’est bien le vélo sans Armstrong ! Et on a pas fini d’en parler …                                                                                                      
Passons aux mauvaises nouvelles … Alors que nous sommes en plein Tour de France, une étude ( encore une … ) tire la sonnette d’alarme sur les dangers du … cyclisme. Des experts anglais ont effectivement démontré que le cyclisme pratiqué de façon quotidienne et intense multiplierait les risques de développer un cancer de la prostate. Ces chercheurs de l’University College London ont constaté que les hommes de 50 ans qui passent plus de neuf heures par semaine sur un vélo sont plus susceptibles d’être malade du cancer de la prostate. L’étude a été faite sur 5200 cyclistes entre les années 2012 et 2013. Dans leur rapport publié dans le Journal of Men’s Health, les auteurs ont précisé qu’ils ne pouvaient pas exclure que le vélo était à la source de cette augmentation du risque. La bonne nouvelle cependant, est que faire du vélo n’aurait pas d’effet sur la fertilité et ne causerait pas de problème érectile.

Pour autant, l’étude ne parvient pas à mettre en évidence un lien scientifique incontestable entre cancer et vélo ( ouf ! ). Le Docteur Hamer concède que l’interprétation est difficile et il souligne également qu’un lien entre le cyclisme et le cancer des testicules a déjà été établi et qu’il serait lié à des traumatismes répétés au niveau du scrotum. Cette dernière étiologie du cancer de la prostate mérite donc d’être approfondie.

Il faut savoir que le cancer de la prostate est devenu le cancer le plus fréquent et la deuxième cause de mortalité par cancer chez l’homme. L’Association Française d’Urologie recommande le dépistage annuel entre 50 et 75 ans. Le docteur Hamer nous explique en outre : « évidemment, les hommes qui pratiquent avec assiduité le vélo sont plus au courant des risques de santé et donc plus enclins à se faire diagnostiquer ». Vous voilà doublement prévenus et comme un homme averti en vaut deux, vous aurez toujours une prostate de rechange ….

NB : Le dépistage repose sur un bon vieux toucher rectal qui saura sans aucun doute vous ravir ( et une prise de sang beaucoup moins drôle ! ).
        La biopsie est aussi très simple et peut se faire chez soi : une petite seringue et une bonne vieille pompe à vélo et le « Tour » est joué ...
                                                                                           
Etude de l’étude : on ne peut pas exclure que finalement les nouvelles ne sont pas si mauvaises que ça tant qu’on a pas fait le lien ...

Aphorisme du jour : « Un cycliste blessé à la selle est un soldat blessé à la tête. » ( Louis Baudry de Saunier - Journaliste, écrivain, vulgarisateur scientifique et pionnier du cyclisme - )


Rendez-vous à « l'Ambassade » à 07H45 pour le stretto et le taux de PSA et départ à 08H00 dans la joie et la bonne humeur sur des routes assurément ensoleillées ( et je ne serai même pas là, après trois samedis de pluie ! )

A presto sulla bicicletta.

Gianpietro.


Aucun commentaire: