27 août 2013

Le duel entre Merckx et Ocaña

Entre 1969 et 1974, le duel entre Merckx et Ocaña fut l'un des sommets du cyclisme du XXe siècle. Lors de cinq tours de France, "le cannibale" et "le martyr" luttèrent corps et âme pour la victoire. Images d'amateurs et d'archives retracent ce combat unique. Au début des années 70. Surnommé "le cannibale", Eddy Merckx a 1.800 courses et 525 victoires à son actif. Il règne sans partage sur le cyclisme. Double champion du monde amateur à l'âge de 19 ans, il remporte trois fois la Flèche wallonne et quatre fois le Milan-San Remo. À son palmarès : les courses les plus dures, parmi lesquelles le Tour de Flandres et le Paris-Roubaix, et le Tour de France, qu'il remporte cinq fois (en 1969, 1970, 1971, 1972 et 1974). Quant à Luis Ocaña, surnommé "le martyr", il joue de malchance. Courageux, impulsif et fataliste, il veut être celui qui détrônera Merckx. Deux chutes, en 1969 et 1970, lui font perdre tout espoir de victoire. Puis il accomplit l'invraisemblable : le 8 juillet 1971, il bat Merckx dans une étape du Tour de France avec 8 minutes 42 secondes d'avance. Après trois ans de règne absolu, Merckx a été vaincu. Au classement général, il a près de dix minutes de retard. Ocaña semble enfin proche de la victoire. Mais, le 12 juillet, dans la descente du col de Mente, Ocaña tombe et ne se relève pas. À six jours de l'arrivée, il doit abandonner. Ocaña devra attendre 1973 pour gagner enfin le Tour. Cette année-là, Merckx avait déclaré forfait. Pour Ocaña, la victoire n'est pas complète. Il espère se rattraper en 1974. Mais une fracture du coude l'empêche de courir... Compilant des images d'archives du Tour de France, des émissions radiophoniques et un film d'amateur, le documentaire nous fait revivre cette rivalité, avec pour unique décor celui du Tour. Dépassant les limites du sport, l'histoire de ce duel atteint un enjeu universel : celui de l'homme face à l'accomplissement, à la réussite ou à la défaite.

 

Aucun commentaire: