1 févr. 2013

Cyclopathe !!!

Ciao a tutti,

Je viens de terminer et de poster ma lettre de réprimandes polies, mais fermes, à une journaliste d'un mensuel féminin qui me considère comme un malade porteur, selon elle, d'une maladie contagieuse !  Sous le titre " Mon homme est un cyclopathe " et le sous titre " Il n'est pas marin, mais c'est tout comme, le soir, le week-end et dans ses rêves, sa petite reine, c'est le vélo ", elle nous décrit comme des cas pathologiques d'un genre soit disant nouveau.

Cyclopathe … Cyclo, préfixe venu du grec " kyklos " ( cercle ) par le latin " cyclus " et pathe du grec ancien " pathês " ( malade de … ). Et pourquoi pas névropathe, sociopathe ou psychopathe ! Vous considérez vous comme des malades ? D'accord pour l'appellation cyclo, quoi que, mais sans préfixe ni suffixe ! Ou alors peut-être … Voir ci dessous.

Il faut avouer que la bougresse a bien travaillé son sujet ... Au point de dénommer nos cuissards comme des bermudas horriblement brillants … De s'étonner que nous puissions faire des kilomètres en prenant du plaisir … Bref, de découvrir ce qu'est un vélo et ceux qui montent dessus ! Lorsqu'elle nous accuse de prendre du plaisir, certes solitaire, à vélo, je sens affleurer sous le style journalistique une grosse pointe de jalousie. Je suis un peu méchant, car elle a bossé son article... Tenez, elle nous annonce que l'enseigne " H&M " va lancer le 7 mars une collection capsule ( ? ) pour hommes, en collaboration avec une boutique anglaise de cycles. Elle poursuit en affirmant que si " H&M " présente une ligne moitié maillot jaune / moitié garçon qui sait se vêtir, c'est que le vélo devient une chose sérieuse ! Quelle culture cycliste ! Je vous cite tout de même la brochette de photos de cyclistes accompagnant l'article : Jesse Eisenberg, Channing Tatum, Patrick Dempsey, Gérard Butler et le Prince Charles en costume avec ses grandes oreilles sur un vélo pliant ! Quelle culture ! Elle s'étonne même de voir tant de vélos dans Paris, et notamment des fixies. Elle s'effraie du prix de nos montures, alors que franchement … Est ce que nous nous effrayons du prix d'une nouvelle paire de chaussures et d'une robe qui ira trop bien avec ? 

Selon elle, nous sommes à ranger dans la catégorie " bobo " qu'elle décrit sous le titre : portrait-robot du cycliste 2.0. Nous avons 30 ans en moyenne ( bon, là, reconnaissons qu'elle est gentille ), pas de ventre et nous nous habillons plutôt bien. Nous faisons partie d'un groupe de copains ( elle a bossé là ! ), qui partagent la même passion. Ensemble nous nous dépassons en faisant du vélo ( là, je me sens exclu … ) à fond les ballons. Le bobo à cyclo - je cite encore - rejoint sa bande le samedi et le dimanche, et il pédale ( tiens donc ? ). Le bobo à cyclo a des kilomètres de pédalage derrière lui, des notions de mécanique et des cuisses ( non ? ). Il s'investit physiquement et financièrement. Voilà qui est dit !

La fin de l'article dérape un peu sur un sujet que je sais sensible, mais tout de même … Notre passion débordante aurait des vices cachés : les cyclo widows ( veuves du vélo ) ! Et, là, tout part en exagération et constat facile. Nos compagnes, petites amies, épouses, maîtresses, se retrouveraient seules week-end après week-end ; obligées de trouver des occupations pendant la saison, se regroupant et formant des clans de siciliennes en noir qui sortent entre elles … Force est de reconnaître que là elle a bossé son sujet … Vous vous doutez bien que dans ma lettre j'ai omis sciemment de commenter sa conclusion …

Je lui ai  gentiment suggéré de renommer son article sous le titre " Mon homme est un cyclophyle " ( phyle, du grec philos - ami - ou philéô - aimer d'amitié - ) et non pas cyclopathe. L'amour ne guérit il pas toutes les maladies ?

Mais pour le reste, cela mérite bien un bon coup de cornes, nom de bois !
                                                                                                  

Aphorisme du jour : " J'aime le vélo. Il me fatigue ? Exact. Mais les femmes aussi ; j'aime pourtant les femmes. " ( René Fallet - Ecrivain, journaliste et cycliste dont les romans ont inspiré nombre de films dont " le triporteur ", " les vieux de la vieille ", " le drapeau noir flotte sur la marmite ". Créateur en 1968 d'une pseudo-course cycliste, " les boucles de la Besbre " au règlement particulier puisque les échappées étaient interdites, le vainqueur connu d'avance et les arrêts-bistrot obligatoires. Notons que les cyclistes bien connus, Michel Audiard et Jean Carmet ont participé à cette course. - )

Rendez-vous à " l'Ambassade " à 08H45 pour le stretto caldo et départ à 09H00 dans la joie et la bonne humeur sur des routes incertaines. En cas de neige, le rendez-vous tient toujours mais en tenue de jogging, si cela vous dit.

A presto sulla bicicletta.

Damiano.

Aucun commentaire: