22 mai 2009

Technopathie du cycliste

Ciao a tutti,
Le vélo est un sport merveilleux mais non dénué de risque. L'équipe paramédicale de Rd'a a décidé de vous entretenir d'un risque majeur inhérent à la pratique du cyclisme et souvent méconnu. Quoique parfois dans les pelotons, il m'est arrivé de surprendre son nom à peine prononcé, en catimini. D'autres, en quelques occasions hors compétition, en ont tiré profit auprès de leur conquête féminine du moment dans un accès d'égarement. Dans un souci de prévention, je veux vous entretenir d'une technopathie du cycliste qui dans son stade ultime peut conduire à l'arrêt de la pratique : l'hygroma du périnée.

L'hygroma est une inflammation d'une bourse séreuse accompagné systématiquement d'une accumulation de liquide ; la bourse séreuse étant une poche jouant le rôle de coussinet hydraulique et secrétant intérieurement un liquide onctueux. Cet amortisseur se rencontre là où il y a frottement ou glissement entre différents tissus. Il arrive que certaines régions de l'organisme subissant de nombreux traumatismes "fabriquent" une bourse séreuse ou plus exactement, un kyste fibreux, celui-ci pouvant s'enflammer et développer un hygroma.
Les microtraumatismes répétés pendant des jours et des jours, entre le bec de selle et le périnée, favorisent l'apparition de cette "boule" qui peut atteindre une certaine grosseur et prend, alors, le nom évocateur de "troisième bourse" ou "troisième couille" ou "troisième testicule".
Que tout le monde se rassure, il existe des traitements, pouvant aller certes jusqu'à l'exérèse chirurgicale !
Voici, pour illustrer mon propos, un cliché prêté par notre ami gR , qui grâce à ses bras immenses a pu réaliser seul la prise de vue ci-jointe
Les autres localisations les plus fréquentes se situent soit au niveau du genou et concernent les moniales et les carreleurs, soit au niveau du coude et concernent les piliers de comptoir. Dieu merci, Rd'a ne compte pas, à ma connaissance, dans ses membres de cycliste carreleur pilier de bar !!!

Si certains se demandaient encore pourquoi je ne passais des heures et des heures sur la selle ....
Si vous êtes gentils, la prochaine fois nous parlerons de " la honte du cycliste " autrement dite : la compression de nerf honteux interne, encore plus désagréable !
A près ces instants de poésie, passons à la prose : pour faire suite à la délicate attention de fin d'année de notre ami Rico, je vous recommande la lecture du dernier roman d'Eric Fottorino " L'homme qui m'aimait tout bas ", paru chez Gallimard collection Blanche, dans lequel il est question d'Eric Fottorino et de vélo bien entendu. Fottorino avec des O en forme de roue de vélo, dixit lui même.

Pour ceux qui ne sont pas encore touchés par la pathologie sus citée, je vous propose une bonne sortie sous le soleil :
Rendez vous donc pour un stretto du centenaire aux "Templiers" à 07H45, à disposition : pâtisseries italiennes, Gazzetta dello Sport du jour et tutti quanti. Départ dans la joie et la bonne humeur à 08H00. Prévoir la crème solaire protectrice !

A presto sulla bicicletta e sotto il sole.

Damiano

Aucun commentaire: