8 nov. 2018

La guerre à vélo ...

Ciao a tutti,



Par ce modeste billet, je me propose donner un coup de pédale aux commémorations de l'armistice de la première guerre mondiale, à l'occasion du centenaire de ce dernier. Coup de pédale donc, car il me paraît intéressant de rappeler le rôle et l'importance que le vélo a tenu au cours de cette guerre.


Le vélo militaire apparut à la fin des années 1870 dans l'infanterie, expérimentation qui fit ses preuves dans les années 1890, notamment dans la transmission d'informations, puis au combat avec la création en 1913 de dix bataillons de 400 chasseurs cyclistes. Cette introduction massive du vélo dans l'armée est due au lieutenant Henri Gérard qui imagina l'usage d'une bicyclette pliante. Le principe du vélo pliant est une invention de l'industriel Charles Morel qui réalise un prototype dès 1892. Les deux hommes se rencontrent et finalisent un projet de vélo pliant léger et maniable qui sera exposé au Salon du Cycle de Paris en 1894. Gérard, partant du principe qu'il fallait faire porter le cycle par le cycliste là où le cycliste ne pouvait être porté par le cycle, alla même jusqu'à écrire un ouvrage intitulé « Le problème de l'infanterie montée résolu par l'emploi de la bicyclette ». Véritable atout face au cheval, la bicyclette pliante Gérard était facile à transporter et adaptable à toutes les morphologies grâce à son cadre réglable, permettant aux soldats d'utiliser leur fusil en posant les pieds à terre sans descendre de leur monture. De plus, elle se repliait roue contre roue en 35 secondes et se portait au dos par l'intermédiaire de sangles. Elle pesait 13 Kg et possédait des freins sur caoutchouc qui s'avérèrent plus dangereux qu'efficaces, les soldats freinant tout simplement avec la semelle de leurs chaussures. On ne pouvait pas monter alors de freins sur jantes, ni de roue libre d'ailleurs. Les premiers cyclistes militaires combattants apparaissent en France en 1895 lors des grandes manoeuvres.
Toutefois, Gérard, ayant acquis une certaine célébrité, pris un peu le melon. Ce qui amena à la rupture de son partenariat avec Morel. Le brevet fut alors vendu en 1899 à Peugeot et Michelin qui en assurèrent la production et l'équipement. Le vélo sortit alors avec des garde-boues ( en option ) et un nouveau guidon et fut proposé pour tous les publics pour la somme de 300 Francs de l'époque.

Durant la « Grande Guerre », les bataillons cyclistes seront utilisés lors de la bataille des frontières et de la bataille de la Marne. L'armée cycliste est une arme de mouvement, ainsi son activité s'éteint avec la guerre de tranchées. Cependant, elle reprend lors des phases de mouvement de 1916 à 1918 et s'étiole avec l'apparition des motocyclettes et de l'infanterie blindée. Les bataillons sont dissous dans les années trente. Ce seront plus de 45000 exemplaires de la bicyclette Gérard qui auront alors été fabriqués.
Pour information, l'armée italienne était équipé par la marque « Bianchi ». Quant à l'armée belge, elle roulait sur la marque « Belgica ».

Pour ceux qui désireraient acquérir un vélo pliant Gérard, sa cote actuelle est de 7500 € pour un exemplaire rare et en très bon état.


Image du jour :


Météo annoncée :



Rendez-vous à « l'Ambassade » à 08H45 pour le ristretto della memoria et départ à 09H00 dans la joie et la bonne humeur sur des routes incertaines.

A presto sulla bicicletta.

Gianpietro.

1 nov. 2018

Petite mort à vélo ...

Ciao a tutti,



Le jour des morts, je fais le mort … La mort dans l'âme.
Pas d'article donc, à l'article de la mort.
Silence de mort …
Mais samedi, petite mort à vélo ...

Parcours du jour :


Météo annoncée :


Rendez-vous à « l'Ambassade » à 08H45 pour le ristretto d'Italia et départ à 09H00 dans la joie et la bonne humeur sur des routes ensoleillées.

A presto sulla bicicletta.

Gianpietro.

25 oct. 2018

Le vélo sur les planches ...

Ciao a tutti,

Attenzione al cambiamento di orario !


Le vélo sur les planches et pour une fois pas seulement celles des belles filles …

Vous avez sans doute tous déjà lu le très bon livre de Paul Fournel « Anquetil tout seul ». Alors je vous propose de découvrir son adaptation au théâtre dans laquelle Anquetil est tout seul ( ou presque ) certes mais aussi un peu déjanté ( normal pour un cycliste ? ).
Sous le titre de « L'éternel premier », Roland Guenoun nous donne à voir et à écouter son adaptation dans laquelle la légende d'Anquetil est disséquée avec art. Le récit de la vie, sportive et privée, du quintuple vainqueur du Tour vous séduira par sa vivacité et ses trouvailles scénographiques. Qui d'autre que « Maître Jacques » pour nous faire passer des bords de route du mois juillet aux fauteuils d'un théâtre.

18 oct. 2018

Telefonino a bici ...

Ciao a tutti,



Une petite mise au point pour les accros du portable à vélo … Pour ceux qui prennent des rendez-vous les fesses sur la selle …

Il faut savoir qu'en France, lâcher le guidon pour passer ou recevoir un appel est réprimé depuis 2015 par une amende de 135 €. De plus, l'utilisation d'un casque ou d'oreillettes est tout autant interdite en voiture qu'à vélo avec la même amende à la clé, soit 135 €. Le montant identique des amendes à vélo et en auto suscite des débats tant en France qu'à l'étranger. Certains demandent ainsi des amendes minorées pour les cyclistes, proportionnelles au danger causé par le type de véhicule. La très active FUB ( Fédération des Usagers de la Bicyclette ) milite au sein du Conseil National de Sécurité Routière en réclamant cette proportionnalité des peines. Elle demande que conformément au droit français, basé sur une punition proportionnelle à la faute et à la gravité des conséquences qui en découlent, la sanction infligée aux cyclistes soit en rapport avec le danger qu'ils font courir à autrui. Mais malheureusement, le Conseil Constitutionnel devrait s'y opposer … A suivre …

16 oct. 2018

Auto d'epoca ...

Ciao a tutti,

Nouvelle voiture des « D.S » de Rd'a !


A presto.

G.

11 oct. 2018

De l'E.P.O à l'EHPAD ?

Ciao a tutti,

Pour ne rien vous cacher, je suis un peu dépité. En effet, le comité de relecture de Rd'a vient de refuser mon billet …
Pourtant, le sujet était très intéressant : le dopage chez les seniors pratiquant le vélo d'appartement. Son titre était un peu accrocheur, je vous le concède : « De l'E.P.O à l'EHPAD ? ». 
Mais enfin, pourquoi ? Le comité se sent-il vieillir ? Se sent-il concerné ?
Il y avait pourtant de quoi faire frémir quelques prostates en fin de course et faire trembler quelques pieds à perfusion ( sans roulettes ) … 
J'avoue ne pas comprendre ! J'exige des explications claires et argumentées !
Sinon, j'arrête !

Image d'hier :


Image du jour :